Home | Septembre 20, 2017 | Havana, Cuba

Histoire

Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe

La Caraïbe et ses îles nous renvoient à un univers pluriel, mais en même temps, à une identité partagée qui est le résultat des avatars d’une histoire commune et hasardeuse. Royaume de l’inattendu et de la métaphore ; pont d’îles où les races et les cultures se sont croisées intensément grâce aux migrations constantes qui ont fait du voyage un motif de découvertes permanentes, de réunion, de rencontre, d’addition et de synthèse transformées pour devenir un espace riche et tout autre : les Caraïbes, un cadre merveilleux où coexistent ce qu’il y a d’unique et de divers.

Les différentes cultures de la région se sont splendidement manifestées dans la musique et la danse, les arts plastiques, l’artisanat populaire et la littérature. Cependant, la production audiovisuelle a connu une expression beaucoup plus limitée et disperse, malgré son énorme potentiel créatif et le nombre de réalisateurs de prestige international qui proviennent de ce creuset d’îles.

La visualité des Caraïbes est restée, en règle générale, en marge des centres de promotion et de distribution hégémoniques. A l’exception de Cuba, l’industrie cinématographique et audiovisuelle de cette partie du monde n’a pas reçu un soutien durable, même pas quand certains films ont démontré leur efficacité et leur indiscutable niveau artistique, le siècle dernier.  Le résultat de cette situation est que nous trouvons fréquemment une production cinématographique assez fragmentée, marginalement représentée et manquant d’accès à la diffusion internationale. Les échanges entre les cinéastes des Caraïbes n’ont pas la systématicité ou la fréquence que recommande le moment actuel, et qui permettraient de rendre plus dynamiques et productives la connaissance mutuelle et l’interaction de notre production audiovisuelle.

Projet et création de la  Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe

Face à cette réalité, à l’occasion du Premier Festival de Cinéma Cubain organisé à Kingston, Jamaïque, du 14 au 18 juin 2005, les cinéastes, ainsi que les autorités Cubaines et Jamaïcaines ayant participé à ce Festival ont affirmé le bien fondé de l’organisation d’une rencontre régionale qui pourrait devenir un point de réunion de notre production audiovisuelle et un moyen de connaître et de reconnaître mutuellement nos identités à partir de visions qui vont au-delà des stéréotypes imposés par les grands centres hégémoniques de production et de diffusion audiovisuelle qui négligent la diversité et la richesse des pays Caribéens.

La création de cette rencontre régionale a pris en considération les aspects suivants :

- Le cinéma et l’audiovisuel peuvent apporter une importante contribution à la connaissance et à la reconnaissance de nos cultures, à la réaffirmation de nos identités et à la collaboration et intégration régionales. La possibilité d’apprécier dans la région des ouvrages d’auteurs Caribéens favorise le dialogue avec les différentes réalités de nos nations, tout en révélant le sens d’appartenance à un héritage historique et culturel commun.

- La création cinématographique et audiovisuelle dans les Caraïbes peut devenir un acte décolonisateur, libérateur, une réponse partant de la pensée et de l’art autochtone aux stéréotypes qui, en tant que visions étrangères, reproduisent à l’écran une vision réductiviste de nos sociétés, de nos histoires et de nos cultures.  Racheter le spectateur national pour les productions cinématographiques et audiovisuelles Caribéennes se correspond avec l’objectif de développer des niveaux d’éducation et de défense des valeurs identitaires ainsi que l’appréciation de notre riche diversité culturelle et nos espaces communs.

- La production cinématographique et audiovisuelle des Caraïbes peut contribuer à la promotion des valeurs universelles telles que la tolérance, le respect et la dignité, ainsi qu’à l’enrichissement de l’innovation artistique et de ses discours multiples. 

- Le cinéma, en tant qu’expression, implique et convoque la littérature, la musique et les autres arts.  Dans la richesse intellectuelle de ces pays, ainsi que dans leur héritage tangible et intangible, réside la possibilité de situer, à travers leurs productions cinématographiques et audiovisuelles, l’image authentique des Caraïbes et des peuples de cette région sur la carte globale.

- La relance du mouvement cinématographique et audiovisuel dans la région représente un projet important de collaboration et d’intégration partant des facilités offertes par la proximité géographique et culturelle, ainsi que par les niveaux de développement économique relativement similaires, un aspect sur lequel il existe un indéniable consensus aux niveaux  académiques et gouvernementaux de la région. 

- La présence des œuvres et des auteurs des pays Caribéens dans les salles de cinéma et autres espaces d’exhibition de la région rendront possible, à partir de la connaissance et de l’interaction de notre production cinématographique, l’enrichissement mutuel des réalisateurs et des spectateurs tout en offrant des magnifiques possibilités de coopération et d’échange en matière audiovisuelle.

De cette manière, la Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe devient une alternative pour combattre l’isolement de nos cinématographies et l’unipolarité des images de notre région qui circulent dans les Caraïbes et le monde entier.  Cela est possible grâce à l’organisation d’un programme annuel composé d’une sélection de titres cinématographiques et audiovisuels, généralement de la plus récente production Caribéenne dans les genres de fiction, documentaire et films d’animation. Quand ce programme est définitivement mis au point, commence un particulier voyage d’images et d’histoires des Caraïbes à travers la région et d’autres parties du monde.  La Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe franchit la barrière linguistique qui freine fréquemment le libre échange culturel grâce au sous-titrtrage des films en espagnol, anglais et français, qui facilitent la compréhension et la reconnaissance mutuelle de ces cultures qui, dans leur diversité splendide, partagent des similarités essentielles.

La Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe s’est finalement concrétisée en tant qu’une rencontre régionale le 8 juillet 2006 quand l’appel á sa première édition fut lancé lors d’une conférence de presse à La Havane, cette même année, en juin. Cette première édition fut composée de 30 films de différents genres et a visité 19 pays des Caraïbes.

Par l’initiative de l’UNICEF, la Deuxième édition de la Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe fut consacrée aux enfants et aux adolescents. Son programme a eu 54 films qui ont été exhibés en 31 pays.  En 2009, le siège social de la Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe fut inauguré à La Havane. Ont participé à l’acte inaugural Abel Prieto, le ministre de Culture de la République de Cuba ; Omar González, le Président de l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographiques (ICAIC); Herman Van Hoff, le Directeur du Bureau Régional de l’UNESCO pour la culture en Amérique Latine et les Caraïbes et Juan José Ortiz, le Représentant de l’UNICEF à Cuba ; les acteurs Afro-américains Danny Glover et Harry Belafonte, qui ont été désignés respectivement le Président Honoraire de la Présentation Itinérante du Cinéma de la Caraïbe et le Président de son Comité Consultatif International. Dans ces nouveaux locaux, le Bureau a continué ses fonctions de centre coordinateur des activités de la Présentation Itinérante des Films Caribéens dans la région.

 

vk porno mobil porno turk porno - erotik hikayeler